Paolo Merloni

P. Merloni, acteur

Paolo Merloni commence très tôt à jouer de petits rôles d’acteur en famille avec sa cousine Luisa, qui a le même âge. En 1990, à 16 ans il participe au laboratoire théâtral de son lycée tenu par l’acteur anglais Sean Patrick Lovett. Il découvre ainsi sa passion pour la récitation.

Un début dans l'illusion

Après des improvisations, son premier spectacle est « l’Illusion éternelle », tiré du texte de Kaufmann et Hart, qui a été adapté aussi dans un fameux film par Frank Capra. Dans cette famille sui generis de l’Amérique rousveltienne, Paolo Merloni joue le personnage de Edmond Carmichol, un joueur de xylophone et imprimeur de messages subversifs. Déjà avec ce personnage drôle et agité, il invente une façon de jouer qu’on a successivement et plusieurs fois apparentée à celle de Jerry Lewis.

L’année suivante, le laboratoire théâtral de Sean Patrick Lovett poursuit avec la mise en scène du « Rêve d’une nuit de demi-été » de Shakespeare, où Paolo Merloni joue la part de Tacchia, chef des comiques. En 1991, dans le troisième spectacle dédié au théâtre de l’absurde d’Achille Campanile, il joue le personnage paradoxal de l’Athlète dans l’acte unique « La gimblette ».

En 1992, il prend part avec ses camarades de théâtre du lycée à une audition pour le rôle d’un fils dans « Caro Diario » de Nanni Moretti. Il n’est pas retenu pour ce rôle, mais plus tard l’aide-réalisateur de Nanni Moretti, Riccardo Milani, le choisit comme protagoniste dans son premier film publicitaire pour la bière « Adelscott », qu’on a diffusé dans les cinémas en septembre 1993. Grâce à son interprétation spontanée, surréelle et comique, il gagne un très bon succès.

Après quelques mois Riccardo Milani, en sa qualité de directeur de la distribution, l’embauche dans la troupe du film « L’école », réalisé par Daniele Luchetti. Ce film, tiré du roman de Domenico Starnone « Ex-cathèdre », est une radiographie poétique de l’école italienne de l’époque soit du point de vue des professeurs soit du point de vue des élèves. Paolo Merloni y joue le personnage du bûcheur Astariti, celui qui se trouve à mi-chemin entre ces deux mondes et, ne sachant pas s’amuser, fait des choses tout à fait improbables.

Après cette expérience la Bianca Film, la maison de production qui l’a suivi jusqu’à ce moment, lui propose une publicité de la voiture « Nissan Primera », avec le présentateur télé Fabrizio Frizzi, d’après la régie de Leone Pompucci, aidé par Laura Muscardin. Dans ce film publicitaire, Paolo Merloni joue le rôle de gardien de parking qui ne veut plus rendre l’auto à Frizzi se méfiant de son identité, inconnue seulement pour lui. Pour cette interprétation il gagne le prix de la « Demi-minute d’or 1995 » comme acteur non protagoniste.

Ensuite, Paolo Merloni se rend plusieurs fois à Milan pour tourner, avec une differente production, sous la régie de Andrea Zaccariello, la publicité de CD musicaux joints au quotidien « La Repubblica ». En parlant avec la caméra fixe, il s’y invente des conversations imaginaires avec des amis.

Dans une autre publicité, réalisée par Ruggiero Deodato pour le scooter « Malaguti », Paolo Merloni conduit le scooter dans la campagne à la recherche de Laura, mais est poursuivi d’un chien qui le menace.

En octobre 1995, quand il a désormais gagné une certaine notoriété comme acteur de publicité, il est engagé, pour une tournée en toute l’Italie, dans le spectacle théâtral « Les chevaliers de la Table ronde », sous la direction artistique d’Alessandro Capone, avec des chanteurs et acteurs renommés (Sabrina Salerno, Gianfranco D’Angelo, Daniele Luttazzi, Adriano Pappalardo et Stefano Masciarelli). Les spectacles se déroulent à Gêne, au théâtre Sistina de Rome, à Naples, Monza et Palerme. Paolo Merloni joue le personnage de Galvano, un chevalier très sensible.

En février 1996, il rejoint le Festival de San Remo à la suite de la troupe télé du programme « Target » de « Canale 5 » : avec Gaia De Laurentis il s’improvise intervieweur démentiel des chanteurs du festival de la chanson italienne. A ses questions inattendues, les chanteurs restent déconcertés. Dans le final il chante « Vaha putanga » de Walter Valdi, un de ses chevaux de bataille au temps du lycée.

En 1998 Paolo Merloni, avec Stefania Rocca et d’autres acteurs, joue le personnage de « Max » dans le film pour la télévision « Amies pour de vrai », historie d’amour de jeunesse de Marcello Cesena.

Dans la même année, Paolo Merloni joue aussi dans « La Cena » d’Ettore Scola, film très connu avec Vittorio Gasmann, Giancarlo Giannini, Fanny Ardant et Stefania Sandrelli.

Parallèlement à ces deux expériences, il fait une apparition comme fantaisiste à l’émission télévisée « Les examens ne finissent jamais » de Giovanni Benincasa.

En 1999, il est encore protagoniste de deux publicités, sous la direction de Leone Pompucci : la première située au Colisé de Rome, pour les « Pages utiles » ; la deuxième, située dans un amphi d’, pour l’éditeur « Fabbri ».

Dans cette période il prend part aussi à « Le ciel dans une chambre (Il cielo in una stanza) » film de Carlo Vanzina, qui s’amuse à confronter entre elles deux générations : les jeunes des années ’60 et ceux des années ’90. Paolo Merloni est ici « Suce-nèfle », l’ami bizarre d’Elio Germano, le protagoniste.

Toujours en 1999, dans le film « Comment fait-on un Martini ? » du réalisateur Kiko Stella, il joue le rôle de serveur du chef d’un bar.

En 2000 Riccardo Milani l’appelle pour un court métrage pour Legambiente du titre « L’extraterrestre » où il vagabonde seul parmi la poubelle dans la décharge de Malagrotta près de Rome.

Entre 2008 et depuis une longue période consacrée à la peinture, Paolo Merloni accepte une petite collaboration encore avec le régisseur Riccardo Milani dans deux séries télévisées « Tout le monde devient fou d’amour ». Il joue le rôle de « Merloni », soit en joueur de water-polo avec le physique de poète qui nage avec les lunettes au nez soit en dJ dans une fête et en homme de fatigue dans une pépinière. Les deux séries, de 13 épisodes chacune, ont été diffusées sur Rai1 le dimanche en première soirée avec un succès extraordinaire en Italie.

Paolo, chevalier d'osier